Noritaka le roi d’la baston

Noritaka le roi de la baston- 1991 – 1994-18 volumes-comédie, sport, art martiaux

L’amour est une force incroyable pouvant transformer un être ou le pousser à travailler pour changer et aussi lui faire connaître galère après galère quand on s’appelle Noritaka.

Noritaka le roi d’la baston, manga écrit par Hideo Murata et dessiné par Takashi Hamori, a été publié entre 1991 et 1994 et comprend 18 volumes.

Histoire :

Noritaka(surnommé caca) est un lycéen pas vraiment intelligent, drôle ou talentueux mais, doté d’une vrai volonté d’améliorer son quotidien. Ainsi pour devenir digne de la belle Nakayama qui affirme détester les faibles, il s’inscrit au club de kick-boxing de son lycée. Cette décision changera sa vie alors que sa poisse surréaliste lui attirera la haine d’adversaires de plus en plus dangereux.

Personnages :

Noritaka Sawamura :

ซาวามูระ_โนริทากะ2

Le protagoniste et personnage titre. Noritaka, un lycéen banal, pas très beau, gringalet, superstitieux et pleurnichard. Par moment toutefois quand il tient à quelque chose il déploie de grands efforts, met au point des plans recherchés et fait même des sacrifices douloureux (il utilise tout son argent du mois pour offrir à Nakayama un super rendez-vous). Comme beaucoup de protagonistes de Neketsu il deviendra plus fort par l’apprentissage de différents arts-martiaux qu’il mélangera (et nommera de façon farfelue). Toutefois il ne gagnera jamais vraiment confiance en lui et restera très peureux, cherchant avant tout à vivre en paix. Un personnage très rigolo qui nous fait souvent sourire.

Maruyama :

perso_coach

Le coach du club de kick-boxing, l’entraîneur de Noritaka et la personne vers qui Noritaka se tourne quand il doit affronter un nouvel adversaire. Un homme excentrique mais d’une grande expérience. Il souhaite que le club de kick-boxing soit reconnu et respecté. Il fera souvent suivre à Noritaka des entraînements pittoresques comme lui faire danser le twist, se rouler dans la poussière ou uriner comme un chien.

Nakayama :

perso_miki

Une fille de la classe de Noritaka dont il tombera amoureux, elle lui fera une remarque qui le poussera à devenir fort. Bien qu’elle pratique le judo elle ne participera pas aux combats et en général les rivaux de Noritaka cherchent à sortir avec elle. Au fur et à mesure des combats elle tombera petit à petit amoureuse de Noritaka, leur relation étant une trame principale de l’histoire et la source de la force de Noritaka.

Tchan-Poua:

ฉ่ำอุรา

Un élève étranger et le second membre du club de kick-boxing. Il deviendra très vite le meilleur ami de Noritaka, l’aidant dans ses entraînements et allant jusqu’à affronter des adversaires pour le protéger. Il pratique le muay thai.

Conclusion:

Noritaka ressemble beaucoup aux cartoons remplis de personnages grotesques aux expressions exagérées dont les yeux sortent des orbites. Un choix artistique tout à fait approprié pour ce manga principalement comique. Rien qu’à l’allure des personnages on commence à rire. Les personnages féminins(sauf une) sont ridiculement sexy avec d’énormes poitrines. L’humour est assez pipi caca, pas vraiment compliqué et vulgaire par moment : on voit souvent Noritaka avec un testicule à l’air par exemple.

Malgré cet aspect puéril Noritaka possède un attrait particulier : la documentation des sports de combat qu’il procure. Chaque adversaire de Noritaka utilise un style bien défini avec ses forces et faiblesses et Noritaka pour être apte à le battre suit un entraînement ridicule qui semble inutile mais qui lors du combat se révèle lui avoir appris un style ou une technique de combat, par exemple : marquer son territoire comme un chien lui permet de lancer un coup de pied en tournant le dos tout en étant accroupi. Chaque style ou technique sont décrits minutieusement avec souvent des références à de vraies personnalités du monde du combat (le manga fait souvent référence à des célébrités de l’époque).

Vers les derniers tomes la formule et scénario changent : Noritaka, devenu maître d’arts martiaux, voyage à travers le monde pour participer à des tournois ou aider des gens. Utilisant contre des adversaires bien plus redoutables tout ce qu’il a appris. Ce changement dans l’histoire permet de se rendre compte efficacement du chemin parcouru par notre héros passant de disciple dépendant de son mentor à maître en voie de le dépasser.

Si vous voulez en apprendre plus sur les sports de combat et pouvez supporter l’humour gras : Noritaka le roi d’la baston est fait pour vous.

La série a été publiée en France dans son intégralité chez Glénat

Laisser un commentaire